Monde du vin

Le bestiaire s'agrandit

21/11/2018

Ce qui suit est rigoureusement authentique :

Voilà qu'un honorable chinois récent propriétaire de plusieurs crus bordelais vient de décider de les rebaptiser sous des noms pour le moins imagés :

• on ne dit plus Château Larteau (Bordeaux rouge) mais Château Lapin Impérial

• on ne dit plus Château Tour Saint-Pierre (Saint-Émilion) mais Château Lapin d'Or

• on ne dit plus Château Clos Bel-Air (Pomerol) mais Château Grande Antilope

• on ne dit plus Château Sénilhac (Haut-Médoc) mais Château Antilope Tibétaine

Donc, pour l'instant match nul entre les lapins et les antilopes, mais toujours devancés par un Petit Mouton et un Cheval blanc...

Plus d'informations

Production 2018

12/11/2018

Avec 46,5 millions d'hectolitres de vin, le millésime 2018 s'établit en France entre 2015 (47,9 Mhl) et 2016 (45,5 Mhl), et nettement au-dessus de 2017 (36,8 Mhl en raison des gelées et de la sécheresse).

À Bordeaux, 2018 (5,40 Mhl) est sous les niveaux de 2015 (5,67 Mhl) et 2016 (6,71 Mhl), mais bien au-dessus de 2017 (3,69 Mhl).

Tandis que la Champagne aura battu tous ses records, avec 3,38 Mhl en 2018 pour une moyenne quinquennale de 2,51 Mhl, soit +35%.

Pour information, le classement des régions viticoles françaises en volume produit (moyenne quinquennale 2014-2018), où Bordeaux n'est pas sur le podium, n'a rien d'intuitif :

29,0 % en Languedoc-Roussillon (première région, hors concours)
18,9 % en Charentes (il faut au moins 6 bouteilles de vin blanc pour faire une bouteille de Cognac)
• 12,2 % en Sud-Est (Vallée du Rhône et Provence)
• 11,9 % à Bordeaux
•  7,7 % en Sud-Ouest (de Cahors à Madiran, sans oublier l'Armagnac)
•  5,8 % en Champagne
•  5,8 % en Val de Loire
•  5,1 % en Bourgogne et Beaujolais
•  2,4 % en Alsace
•  1,2 % dans le reste de la France (Corse+Savoie+Jura+...)

[source Agreste-Ministère de l'Agriculture]

Crus bourgeois : le retour

23/10/2018

Le classement de 2003 des crus bourgeois du Médoc ayant été annulé par voie judiciaire dès 2007, il fut peu après remplacé par un classement d'un seul niveau (cru bourgeois) accordé à chaque millésime. Un château pouvait ainsi être cru bourgeois une année mais pas la suivante..

10 ans après, force est de constater que ce classement éphémère n'intéresse plus grand monde, dans les châteaux comme chez les amateurs, raison pour laquelle nous n'en faisons d'ailleurs pas mention dans nos colonnes.

Nous saluons d'autant plus la judicieuse (et courageuse !) décision de l'Alliance des Crus Bourgeois de lancer un nouveau classement :

• valable 5 ans : 2020, 2025, 2030...

• sur 3 niveaux (cru bourgeois, cru bourgeois supérieur, cru bourgeois exceptionnel),

• avec un cahier des charges des plus stricts contrôlé par un organisme indépendant.

Il nous tarde de connaître ce futur classement en février 2020, et nous nous ferons alors l'écho des nouveaux promus. Ceci en espérant que le plus grand nombre de châteaux y concourent, et que les inévitables actions judiciaires ne le mettront pas à bas.