Dernières nouveautés

Nouveautés de la semaine du 14 au 18 mai : FIN DE LA PREMIÈRE VAGUE

Avec la transhumance des propriétaires et négociants vers Hong-Kong la semaine prochaine (Vinexpo s'y tiendra cette année, du 29 au 31 mai), les deux prochaines semaines seront plus calmes sur le front des "Primeurs 2017", avant la mise en marché des plus grands crus dès leur retour d'Asie début juin.

Comme attendu, cette semaine fut des plus actives, avec nombre de crus mis en marché dont certains ténors :

 Bordeaux blancs secs : CAILLOU BLANC de TALBOT, DOMAINE DE CHEVALIER
 Sauternes/Barsac : CARMES DE RIEUSSEC, RIEUSSEC, SUDUIRAUT

• Graves/Pessac-Léognan rouges : DOMAINE DE CHEVALIER
• Médoc/Haut-Médoc/Listrac : CHASSE-SPLEEN, POUJEAUX
• Margaux : LA TOUR DE MONS, LA GURGUE, SIRAN, PRIEURÉ-LICHINE, DU TERTRE, FERRIÈRE, MALESCOT SAINT-EXUPÉRY
• Saint-Julien : CLOS DU MARQUIS, TALBOT, BEYCHEVELLE
 Pauillac : D'ARMAILHAC, DUHART-MILON, CLERC-MILON
Saint-Estèphe : HAUT-MARBUZET

• Bordeaux rouges/Libournais : PUYGUÉRAUD
• Pomerol : ROUGET, NÉNIN, GAZIN, CLINET, L'ÉVANGILE
• Saint-Émilion : FONROQUE

Des Bordeaux étonnamment tendres, veloutés et moelleux : après la sécheresse de l'été, nous nous attendions à découvrir des rouges 2017 plus ou moins relativement austères, campés sur des tanins fermes voire secs. Notre surprise fut réelle dès les premières dégustations de goûter tout au contraire des vins charmeurs, nuancés, structurés par des tanins moelleux.

Cette étonnante douceur des rouges s'explique par la longueur et la lenteur du cycle de maturité. Au lieu de rôtir rapidement sous l'effet d'un soleil ardent, la vigne a en 2017 patiemment mûri et élaboré des tanins polymérisés donc plus veloutés et moins accrocheurs.

Ceci étant, deux conditions devaient être absolument remplies pour produire de grands rouges 2017 :

• éliminer les merlots précoces ramassés dans la hâte avant ou pendant les pluies de la mi-septembre,

• éliminer les raisins de seconde génération, issus de la repousse après le gel. Avec un été mitigé, ils n'ont pas été en mesure de rattraper leur retard de croissance (près d'un mois) pour atteindre une maturité suffisante avant fin octobre.

Plusieurs journalistes/dégustateurs ont parlé d’un millésime hétérogène. L’hétérogénéité des 2017 n’est pas le fait du millésime mais uniquement le fait des hommes, et du respect (ou non) des conditions ci-dessus. Beaucoup ont eu à tort le réflexe de vendanger les seconds raisins pour compenser la minceur de leur récolte, et/ou de sur-extraire lors des vinifications pour pallier le manque de chair de leurs moûts. Il était facile de repérer ceux-là car la dégustation était sans appel.

Mais, dans les propriétés où seule la volonté qualitative prime, les cabernets francs et sauvignon, les merlots tardifs et les petits verdots ont donné d’excellentes résultats. Les vins ont un fruité net, intense et expressif, aucune verdeur, un corps moyen et un profil tannique doux et délicat qui les rend déjà séduisants. 

Ce ne seront pas la densité et la puissance qui seront la marque du millésime 2017, mais bien le moelleux et le charme. De surcroît, ils seront rapidement accessibles (dès 2022 pour les crus bourgeois, dès 2025 pour la majorité des crus classés).

 

-----------------------------------------

 

Nouveautés de la semaine du 7 au 11 mai : STOP AND GO

Pendant cette semaine entrecoupée de jours fériés, peu de crus ont mis en vente leur 2017. Nous nous attendons à un rush la semaine prochaine, forte de 5 vrais jours ouvrables.

Nous en profitons pour vous proposer 6 nouveaux crus ou vins qui apparaissent pour la première fois dans nos sélections en primeur :

 Bordeaux blancs secs : LA TOUR-CARNET (nouveau), VALANDRAUD (nouveau)

• Médoc/Haut-Médoc/Listrac : MILLE-ROSES en Haut-Médoc (nouveau)

• Bordeaux rouges/Libournais : LA CHENADE, MONTLANDRIE, DOMAINE DE L'A, LES CRUZELLES
• Pomerol : MAZEYRES (nouveau)
• Saint-Émilion : POESIA (nouveau), BARDE-HAUT (nouveau)

2017, année des blancs : l'été sans période de chaleur marquée et la précocité des vendanges fin août expliquent la réussite des Bordeaux blancs secs (quand la ponction des gelées n'a pas été trop rude), toniques, intenses et brillants. Deux nouveautés avec des crus connus jusque-là pour leurs rouges : château La Tour-Carnet avec un joli blanc fruité, gras, expressif provenant de 4 ha tout au nord du Médoc (Saint-Christoly), 3/4 sauvignon et 1/4 sémillon, et château Valandraud avec un grand blanc, long, savoureux et distingué, confidentiel (6 barriques en 2017), d'une parcelle de 2 h au nord de Saint-Émilion, 2/3 sauvignon, 1/3 sémillon.

À peine cent roses : fortement touché par le gel (90% de perte), le château Mille Roses ne produira pas de Margaux en 2017 mais seulement sa cuvée Haut-Médoc, avec un vin moyennement corsé, franc, fin, d'un bel équilibre. Et comme toujours 100% bio.

Moueix à Pomerol : il ne s'agit pas de Petrus, Trotanoy ou Hosanna mais de château Mazeyres tenu depuis 1992 par Alain Moueix (co-propriétaire du château Fonroque à Saint-Émilion). Un Pomerol tout en raffinement, délicatesse et biodynamie, sur les terroirs plus légers (sablo-argileux) de l'ouest de l'appellation.

Vignobles Garcin : avec le célèbre Clos L'Église à Pomerol, Hélène Garcin possède aussi deux crus à Saint-Émilion : un classé, château Barde-Haut, et une pépite joliment dénommée, château Poesia. Les deux, à moins de 30,00 € HT la bouteille, ont déclenché notre enthousiasme comme celui des critiques : Quarin préfère Poesia « Finale grasse rappelant le goût de la Syrah. C'est très bon ! », Galloni penche pour Barde-Haut « spectacularly rich, voluptuous Saint-Émilion. »

Un K à part : en achetant il y a 20 ans (1997) son premier château à Saint-Émilion (Haut-Brisson), Peter Kwok, hongkongais d'origine vietnamienne et amoureux de la France, désirait construire patiemment une gamme de grands crus mettant en valeur les plus beaux terroirs du Libournais. Le tout dans le plus pur respect des traditions, du patrimoine et de la culture française, aux antipodes des pratiques de la myriade d'investisseurs chinois arrivés par la suite en bordelais. Sa dernière acquisition en date (2016) est le château Bellefont-Belcier, grand cru classé au magnifique terroir couvrant la partie est de la côte Pavie, entre Larcis-Ducasse et Le Tertre-Rôteboeuf. Avec l'aide de Michel Rolland et son équipe, son premier millésime 2017 est déjà un coup de maître.

 

-----------------------------------------

 

Nouveautés de la semaine du 1er au 4 mai : COUP D'ENVOI

La campagne "Primeurs 2017" a débuté sur les chapeaux de roue, avec nombre de mises en marché significatives cette semaine, petits châteaux et grands crus classés, couvrant les principales appellations bordelaises (gageons que la semaine prochaine entrecoupée de jours fériés sera plus calme).

Nous reviendrons en détail dans nos prochains messages sur les circonstances climatiques de 2017 mais voici en résumé les 5 points importants qui caractérisent le millésime à Bordeaux :

• de fortes gelées fin avril, épargnant les terroirs prestigieux mais touchant durement (parfois anéantissant) les autres. Sur l'ensemble de la Gironde, la perte de récolte est de 32%.

• un très grand millésime pour les vins blancs secs : éclatants, intenses et complexes, parfaitement équilibrés entre puissance et tension. Comparable à 2014, supérieur à 2015 et 2016.

• un bon millésime dans le Sauternais, avec des vins blancs liquoreux riches et puissants du fait de leur concentration en sucre. Dans le style de 2003.

• pour les rouges, deux facteurs clés : avoir été peu (ou pas) impactés par les gelées, disposer de merlots tardifs, cabernets ou petits verdots. Quand ces conditions ont été réunies, 2017 a donné des vins fruités, tendres, veloutés et de grande douceur tannique.

• du fait de leur charme, les rouges 2017 seront rapidement appréciables et connaîtront un succès assuré en dégustation dans 5 à 8 ans. Les rouges 2017 sont une combinaison de 2012, 2004 et 2001, en proportions variables selon les crus. Donc un bon (à très bon) millésime, au niveau de 2014 ou 2012, sans égaler bien sûr 2015 et 2016.

Voici les 42 vins déjà retenus cette semaine :

 Bordeaux blancs secs : DOISY-DAËNE sec, Clos FLORIDÈNE, VIRGINIE de VALANDRAUD, LATOUR-MARTILLAC, MALARTIC-LAGRAVIÈRE, PAPE-CLÉMENT
 Sauternes/Barsac : Clos HAUT-PEYRAGUEY, DOISY-DAËNE, COUTET, LAFAURIE-PEYRAGUEY

• Graves/Pessac-Léognan rouges : Clos FLORIDÈNE, LATOUR-MARTILLAC, MALARTIC-LAGRAVIÈRE, PAPE-CLÉMENT
• Médoc/Haut-Médoc/Listrac : LOUSTEAUNEUF, PETIT MANOU, du RETOUT, FONRÉAUD, CHARMAIL, Clos MANOU, POTENSAC, La TOUR CARNET, SOCIANDO-MALLET
Margaux : DEYREM-VALENTIN
• Saint-Julien : LANGOA-BARTON, BRANAIRE-DUCRU
• Pauillac : FONBADET, PAUILLAC
Saint-Estèphe : TOUR des TERMES, ORMES de PEZ

• Bordeaux rouges/Libournais : de FRANCS "Les Cerisiers", REYNON, La MAURIANE, Clos DE BOÜARD, Les TROIS CROIX, Clos PUY ARNAUD, DALEM, Clos LOUIE
• Saint-Émilion : FOMBRAUGE, VIRGINIE de VALANDRAUD, BELLEFONT-BELCIER (nouveau), VALANDRAUD

Et, parmi les crus que nous suivons, ceux qui seront absents n'ayant pas ou trop peu produit en 2017 pour participer aux ventes en primeur (liste a priori et non exhaustive) :

- rive gauche : CLIMENS, de FIEUZAL, BELLE-VUE, Clos du JAUGUEYRON, MILLE-ROSES (Margaux), MAUVESIN-BARTON
- rive droite : FLEUR de BOÜARD, FUGUE de NÉNIN, CÔTE DE BALEAU, PETIT GRAVET AÎNÉ