Dernières nouveautés

Du 13 au 18 juillet : VERDICTS FRANCAIS

Nous vous proposons un dernier tour d'horizon sur les "Bordeaux 2019" avec les notes attribuées par 3 dégustateurs français :
- Jean-Marc Quarin (www.quarin.com),
- Bettane&Desseauve (revue En Magnum, numéro trimestriel de juillet),
- La Revue du Vin de France (prochain numéro de septembre à paraître fin août).
 
Comme pour les verdicts américains, il faut lire ces avis avec quelques précautions d'usage :

- les critiques français pouvant se déplacer librement en France depuis 11 mai dernier, leurs dégustations sont issues soit d'échantillons reçus à domicile, soit de visites dans les châteaux. Cependant, leurs dégustations sont incomplètes et plusieurs grands crus, pas toujours les mêmes, manquent chez chacun.
 
- la notation américaine sur 100 points est maintenant adoptée par tous les critiques français, simplifiant les comparaisons. Comme ils ont tous donné une fourchette de notes (par exemple 94-96/100), nous n'indiquons que la note minimum obtenue par chaque cru (dans l'exemple 94 et +).

- dans le classement "podium", nous donnons in extenso les meilleurs crus pour chacun en valeur absolue, présents ou non dans notre sélection.

- dans le classement par note sont mentionnés les trois crus les moins chers de notre sélection, avec entre parenthèses le prix HT à la bouteille pour vous permettre de voir immédiatement quels sont les meilleurs rapports note(=qualité) / prix.
 
- pour ne pas être trop longs, nous n'allons pas en-dessous de la note de 92. Tous les crus cités sont donc a minima absolument excellents, voire exceptionnels.

- les crus en gras sont toujours disponibles à la réservation et, en cliquant sur le nom du cru, un lien vous envoie vers l'appellation correspondante.
 
-----------------------------------------
Jean-Marc Quarin
 
Podium :
 
• 98 et + : Cheval-Blanc, Lafleur, Margaux
 
Classement :
 
• 98 et + : Margaux (392 €), Cheval-Blanc (420 €)
 
• 97 et + : Grand-Puy-Lacoste (50 €), Les Carmes Haut-Brion (96 €), Pichon-Baron (111 €)
 
• 96 et + : Saint-Pierre (39 €), Brane-Cantenac (46 €), Léoville-Poyferré (57 €)
 
• 95 et + : La Gaffelière (47 €), Gruaud-Larose (60 €), Clinet (61 €)
 
• 94 et + : Giscours (39 €), Domaine de Chevalier (46 €), Pavie-Macquin (55 €)
 
• 93 et + : La Mauriane (14 €), Clos Louie (26 €), La Marzelle (32 €)
 
• 92 et + : Montlandrie (15 €), Dalem et Moulin Haut-Laroque (16 €), Barde-Haut (25 €)
 
-----------------------------------------
Bettane&Desseauve
 
Podium :
 
• 99 et + : Figeac, Léoville-Las Cases, Mouton-Rothschild
 
Classement :
 
• 99 et + : Figeac (140 €), Léoville-Las Cases (161 €), Mouton-Rothschild (392 €)
 
• 98 et + : Calon-Ségur (73 €), Haut-Brion (330 €), Cheval-Blanc (420 €)
 
• 97 et + : Giscours (39 €), Gruaud-Larose (60 €), Canon (82 €)
 
• 96 et + : Brane-Cantenac (46 €), La Gaffelière (47 €), Pavie-Macquin (55 €)
 
• 95 et + : Haut-Bages-Libéral (27 €), Langoa-Barton (33 €), Lagrange (34 €)
 
• 94 et + : Marquis de Calon (20 €), Siran (22 €), Moulin Saint-Georges (24 €)
 
• 93 et + : La Fleur de Boüard (19 €), Meyney (21 €), Haut-Bailly II (25 €)
 
• 92 et + : Alcée (12 €), Dalem (16 €), Baron de Brane et Domaine de l'A (20 €)
 
-----------------------------------------
La Revue du Vin de France
 
Podium :
 
• 99 et + : Lafite-Rothschild, Latour, Mouton-Rothschild
 
Classement :
 
• 99 et + : Mouton-Rothschild (392 €), Lafite-Rothschild (475 €)
 
• 98 et + : Pontet-Canet (68 €), Montrose (112 €), Pichon-Comtesse (123 €)
 
• 97 et + : Léoville-Barton (60 €), Rauzan-Ségla (65 €), Calon-Ségur (73 €)
 
• 96 et + : La Gaffelière (47 €), Léoville-Poyferré (57 €), Gruaud-Larose (60 €)
 
• 95 et + : Malartic-Lagravière (31 €); Malescot Saint-Exupéry (35 €), Giscours (39 €)
 
• 94 et + : Siran (22 €), Latour-Martillac (23 €), Clos de l'Oratoire (25 €)
 
• 93 et + : Meyney (21 €), Gloria (28 €), Du Tertre (29 €)
 
• 92 et + : Ormes de Pez (19 €), Poujeaux (20 €), Fonroque (24 €)
 
-----------------------------------------
Conclusion
 
La diversité de ces différents jugements, tant français qu'étrangers, attestent de la haute qualité d'ensemble du millésime 2019 pour les Bordeaux rouges et de l'universalité des réussites, à tous niveaux hiérarchiques de la gamme et sur toutes les appellations des deux rives.
 
Nous accorderons de plus une mention spéciale pour l'appellation Margaux, avec des vins où l'excellente maturité combinée à la richesse du millésime a étoffé et arrondi les structures traditionnellement fines et élancées de ce terroir.
 
Du Château Margaux (pour nous le meilleur de la rive gauche en 2019) et de son second vin Pavillon Rouge (pour nous le meilleur des seconds vins) jusqu'aux crus bourgeois (La Tour de Mons, La Gurgue bio, Deyrem Valentin, Siran...), les Margaux ont cette année une ampleur et une suavité mâtinée d'accents californiens qui leur siéent magnifiquement, comme ce fut le cas dans le millésime 2009.

 

Du 6 au 11 juillet : DERNIÈRES NOUVEAUTÉS

Nous terminons ces mises en marché des Bordeaux 2019 avec 5 pépites de la rive droite, où qualité rime avec rareté :

Pomerol : LE PIN
Saint-Émilion : LE DÔME, LES ASTÉRIES, LE CARRÉ, L'IF
 
Canopée : on ne présente plus Le Pin, célébrissime micro-cru (2,2 ha soit 8000 bouteilles par an, pur merlot) lancé en 1979 par Jacques Thienpont (copropriétaire de Vieux-Château-Certan).
 
Sa seconde acquisition, L'If, premier millésime en 2011, est son nouveau challenge en terre saint-émilionnaise, avec 6 ha contigus à Troplong-Mondot, 70% merlot et 30% cabernet-franc. Le meilleur adjectif pour qualifier les vins de L'If : pulpeux !
 
Précision géométrique : Jonathan Maltus, citoyen britannique, a acheté ses premières vignes dans les années 90 à Saint-Émilion, avec la volonté de créer un vignoble constitué de sélections parcellaires, à l'image des grands domaines bourguignons avec leurs climats. Ses parcelles sont travaillées et vinifiées individuellement, avec un patrimoine de vieilles vignes conduites à bas rendements (30 hl/ha) afin de tirer la quintessence de chaque terroir.
 
Jonathan Maltus produit 3 cuvées remarquables, méconnues en France mais très recherchées par les amateurs anglais et américains, que nous sommes heureux de pouvoir vous proposer en primeur. Il est fascinant de voir comment, en quelques centaines de mètres, les mêmes cépages peuvent donner des résultats aussi contrastés :
 
- Le Carré, la richesse et l'exubérance du merlot (85%) sur une parcelle (carrée) de 1,05 ha achetée au Ch. Canon.
 
Les Astéries, tout en tension et en minéralité, provenant d'une parcelle de 1,2 ha aux vignes centenaires (80% merlot) achetée au Ch. Fonroque.
 
- Le Dôme, campé sur une impressionnante structure tannique parfaitement enrobée grâce à ses cabernets francs (80%), issu de trois parcelles conjointes (total 3,6 ha) de mi-coteau voisines de Ch. Angélus. Créé en 1996, cette cuvée a déjà obtenu dans le Wine Advocate 99/100 en 2009, 100/100 en 2010 et 99/100 en 2016.

 

Du 29 juin au 4 juillet : VERDICTS AMÉRICAINS

Confinés aux U.S.A., les deux dégustateurs américains Antonio Galloni et Neal Martin ont néanmoins pu déguster les Bordeaux 2019 grâce aux échantillons envoyés en express ces dernières semaines par la quasi totalité des châteaux.
 
Nous vous livrons ci-dessous leurs verdicts, d'autant plus riche d'enseignements que nous les considérons comme les plus doués, sincères et pertinents de tous les dégustateurs étrangers en exercice.
 
Quelques précisions sur ces classements :
 
- chacun a dégusté chez lui ses propres échantillons. Il ne s'agit pas de deux avis sur une même dégustation mais de deux dégustations séparées. Le moins que l'on puisse dire est qu'ils ont été assidus à la tâche, Antonio Galloni ayant noté 651 crus et Neal Martin 904 (!) crus.
 
- ils ont le même système de notation sur 100, mais Antonio Galloni a une préfèrence pour les vins charnus, profonds et séducteurs tandis que Neal Martin est plus sensible à l'élégance, la finesse et la définition aromatique d'un vin. Le Jouisseur versus l'Analytique.
 
- certains châteaux manquent à l'appel, soit parce que les châteaux ont refusé d'expédier des échantillons (Les Carmes Haut-Brion, Rauzan-Ségla, Palmer, Gruaud-Larose, Montrose, Cheval-Blanc, Ausone, Canon...), soit parce que leur échantillon était corrompu par le transport.
 
- dans le classement "podium", nous indiquons in extenso les meilleurs crus pour chacun en valeur absolue, présents ou non dans notre sélection.
 
- dans le classement par note, nous mentionnons les trois crus les moins chers de notre sélection, avec entre parenthèses le prix HT à la bouteille pour vous permettre de voir immédiatement quels sont les meilleurs rapports note(=qualité) / prix.
 
- les crus en gras sont toujours disponibles à la réservation et, en cliquant sur le nom du cru, un lien vous envoie vers l'appellation correspondante.

-----------------------------------------
 
Antonio Galloni
 
Son podium :
- Margaux (98-100)
- Figeac et L'Église-Clinet  (97-99)
 
Ses "sleepers" par appellation :
- Pessac-Léognan : Larrivet-Haut-Brion rouge
- Margaux : Giscours
- Pauillac : Duhart-Milon Rothschild
- Saint-Estèphe : Meyney
- Pomerol : Feytit-Clinet
 
Son classement :
 
98-100 : Margaux (392 €)
 
97-99 : Figeac (140 €), L'Église-Clinet (238 €)

96-98 : Troplong-Mondot (70 €), Calon-Ségur et Lynch-Bages (73 €)
 
95-97 : Domaine de Chevalier (46 €), Léoville-Poyferré (57 €), Pape-Clément (67 €)
 
94-96 : Branaire-Ducru (33 €), Malescot Saint-Exupéry (35 €), Giscours (39 €)
 
93-95 : Poesia (22 €), Barde-Haut (25 €), Virginie de Valandraud (26)
 
92-94 : Les Cruzelles (18 €), Domaine de l'A et Marquis de Calon (20 €)
 
91-93 : La Chenade et La Dauphine (14 €), Montlandrie et Tour des Termes (15 €)
 
90-92 : Alcée (12 €), Charmail (14 €), Petit-Verdot de Belle-Vue (15 €)
 
-----------------------------------------
 
Neal Martin
 
Son podium :
- La Mission Haut-Brion et Pichon-Comtesse de Lalande (98-100)
- Clinet, Figeac, L'Église-Clinet, La Conseillante et Trotanoy (97-99)
 
Ses "jewels" par appellation :
- Vins blancs secs : Smith-Haut-Lafitte blanc
- Sauternes : Suduiraut
- Pessac-Léognan : Smith-Haut-Lafitte rouge
- Listrac/Moulis : Poujeaux
- Margaux : Cantenac-Brown
- Saint-Julien : Léoville-Poyferré
- Saint-Estèphe : Calon-Ségur
- Pomerol : Clinet
- Saint-Émilion : Figeac
 
Son classement :
 
98-100 : Pichon-Comtesse de Lalande (123 €), La Mission Haut-Brion (210 €)
 
97-99 : Clinet (61 €), La Conseillante et Figeac (140 €), L'Église-Clinet (238 €)
 
96-98 : Léoville-Poyferré (57 €), Pape-Clément (67 €), Smith-Haut-Lafitte (76 €)
 
95-97 : Malescot Saint-Exupéry (35 €), La Gaffelière (47 €), Grand-Puy-Lacoste (50 €)
 
94-96 : Malartic-Lagravière (31 €), La Croix Ducru-Beaucaillou (32 €), Branaire-Ducru (33 €)
 
93-95 : Côte de Baleau (15 €), Dalem (16 €), Siran (22 €)
 
92-94 : Les Troix Croix (14 €), Montlandrie (15 €), Ormes de Pez (19 €)
 
91-93 : Reynon (8 €), d'Aiguilhe et Charmail et La Chenade (14 €)
 
90-92 : Clos Floridène (13 €), Deyrem-Valentin (16 €), Potensac (17 €)

  

Du 22 au 27 juin : DERNIÈRE LIGNE DROITE

Bordeaux blanc sec : SMITH-HAUT-LAFITTE

Pessac-Léognan : SMITH-HAUT-LAFITTE, LES CARMES HAUT-BRION
Saint-Julien : MOULIN DE LA ROSE
• Pauillac : RÉSERVE DE PICHON-COMTESSE, PICHON-COMTESSE DE LALANDE
• Saint-Estèphe : SÉGUR DE CABANAC, MARQUIS DE CALON, CALON-SÉGUR

• Pomerol : VIEUX CHÂTEAU CERTAN
• Saint-Émilion : TROPLONG-MONDOT, BEAUSÉJOUR-DUFFAU-LAGAROSSE, FIGEAC
 
Les plus fortes baisses de prix (par rapport à 2018) : Pichon-Comtesse (-21%), Vieux-Château-Certan (-20%), Troplong-Mondot (-19%)
  
En haut de page, nous avons créé un nouvel onglet intitulé "Dernière Chance" où sont regroupés les crus arrivant à épuisement dans nos stocks, ou des crus précédemment épuisés mais dont quelques caisses viennent de se libérer.
 
-----------------------------------------
 
Maintenant que tous les prix sont connus, le premier enseignement de cette campagne est une baisse généralisée des prix pour les Bordeaux rouges, allant de quelques pourcents pour les crus les moins chers à plus de 30% de baisse chez les plus grands :
- 35% à La Mondotte
- 33% à Palmer
- 32% à Cheval-Blanc
- 31% à Haut-Brion, Pontet-Canet, Mouton-Rothschild, Figeac
 
Cette baisse ramène le prix des 2019 à un niveau intermédiaire entre celui des millésimes 2014 et 2015. Certains crus ont même en 2019 un prix inférieur à celui qu'ils avaient il y a 5 ans pour le millésime 2014 :
- 9% à Pontet-Canet
- 4% à d'Aiguilhe, Pédesclaux
- 3% à Branaire-Ducru, Côte de Baleau
- 2% à Clos Manou
- 1% à Malartic-Lagravière, Poujeaux, Virginie de Valandraud
 
-----------------------------------------
 
Voici pour nous les plus grands crus de l'année en valeur absolue :
 
- en rive gauche : Margaux (avec Pavillon Rouge parmi les seconds vins), Léoville-Las Cases, Mouton-Rothschild
 
- en rive droite : Cheval-Blanc, Vieux-Certan, La Conseillante
 
-----------------------------------------
Hormis ces plus grands crus, voici nos préférés, le premier critère étant la qualité de chacun, le second étant l'effort tarifaire consenti cette année :
 
Graves / Pessac-Léognan : Haut-Bailly, Smith Haut-Lafitte
Médoc / Moulis : Poujeaux, Sociando-Mallet, Clos Manou
Margaux : Brane-Cantenac, Giscours, Malescot Saint-Exupéry
Saint-Julien : Gruaud-Larose, Beychevelle
Pauillac : Pichon-Comtesse de Lalande, Lynch-Bages
Saint-Estèphe : Cos d'Estournel, Calon-Ségur
 
Libournais : Domaine de l'A, Les Cruzelles, Dalem
Pomerol : Gazin, Feytit-Clinet, Nénin
Saint-Émilion : Troplong-Mondot, Chapelle d'Ausone, Pavie-Macquin
 

Du 15 au 20 juin : SECONDE VAGUE

C'est une semaine à l'identique de la précédente qui s'achève : même bousculade avec à nouveau près de 200 châteaux dans le plus grand désordre, du plus modeste (Peyrou bio) au plus prestigieux (Ausone), sur toutes les appellations, et toujours des baisses de prix significatives (le plus souvent entre -20% et -30%).

Voici notre moisson de la semaine, avec une soixantaine de nouveaux crus :

Bordeaux blanc sec : ARUMS DE LAGRANGE, CAILLOU BLANC DE TALBOT, CLÉMENTIN DE PAPE-CLÉMENT, PAPE-CLÉMENT

Graves / Pessac-Léognan : CLÉMENTIN DE PAPE-CLÉMENT, HAUT-BAILLY II (nouveau), PAPE-CLÉMENT, HAUT-BAILLY
• Médoc / Moulis  : MAUVESIN-BARTON, MADAME DE BEAUCAILLOU (nouveau), POTENSAC, SOCIANDO-MALLET
Margaux : TOUR DE MONS, BARON DE BRANE, SIRAN, PRIEURÉ-LICHINE, D'ISSAN, DURFORT-VIVENS bio, BRANE-CANTENAC, PAVILLON ROUGE, PALMER bio, MARGAUX
Saint-Julien : FIEFS DE LAGRANGE, CONNÉTABLE DE TALBOT, SARGET DE GRUAUD, GLORIA, CROIX DE DUCRU-BEAUCAILLOU, LANGOA-BARTON, LAGRANGE, CLOS DU MARQUIS, TALBOT, SAINT-PIERRE, LÉOVILLE-BARTON, GRUAUD-LAROSE, DUCRU-BEAUCAILLOU, LÉOVILLE-LAS-CASES
Pauillac : LACOSTE BORIE, GRAND PUY LACOSTE, PICHON-BARON
Saint-Estèphe : MEYNEY, MONTROSE bio

Rive Droite / Libournais : PEYROU bio (nouveau), LA DAUPHINE bio (nouveau), D'AIGUILHE
Pomerol : MAZEYRES bio, BELLEGRAVE bio, ROUGET, FEYTIT-CLINET, NÉNIN, PETIT-VILLAGE, CLOS L'ÉGLISE, CLINET, LA CONSEILLANTE, L'ÉGLISE-CLINET
Saint-Émilion : GRAND-PONTET, POESIA, FONROQUE bio, BARDE-HAUT, CLOS DE L'ORATOIRE, PETIT GRAVET AÎNÉ bio, LA MARZELLE, CLOS SAINT JULIEN bio, LA DOMINIQUE, LARCIS-DUCASSE, PAVIE-MACQUIN, CANON LA GAFFELIÈRE bio, ROCHEYRON, LA MONDOTTE bio, CHAPELLE D'AUSONE, AUSONE
 
Les plus fortes baisses de prix (par rapport à 2018) : La Mondotte (-35%), Palmer (-33%), La Conseillante (-26%), Montrose (-24%), D'Issan (-24%), Durfort-Vivens (-24%)
 
Alors que certains crus ont remis à plus tard la vente de leur 2019 (à la mise en bouteille l'année prochaine ?), tels Rieussec, Mille-Roses, Moulin de la Rose..., plusieurs crus ou étiquettes apparaissent (ou reviennent) cette année dans nos listes :
Haut-Bailly II : c'est la nouvelle dénomination du second vin de Haut-Bailly (précédemment La Parde de Haut-Bailly). Toujours aussi recommandable.
Madame de Beaucaillou : refonte totale de la gamme des vins de Ducru-Beaucaillou, avec Madame de Beaucaillou un Haut-Médoc élaboré avec leurs vignes à Listrac (ex Fourcas-Borie), Le Petit Ducru comme troisième vin à Saint-Julien (ex Lalande-Borie), et inchangés La Croix Ducru-Beaucaillou le second vin et Château Ducru-Beaucaillou le grand cru classé.
Palmer : mis en marché fin mai (juste après Pontet-Canet) mais que nous n'avions pas encore proposé. Si le rapport qualité/prix de Palmer n'est pas toujours idéal, les -33% de baisse cette année sont un effort que nous saluons.
Peyrou : l'excellent Côtes de Castillon bio de Mme Papon-Nouvel (Clos Saint-Julien et Petit Gravet Aîné). Tout petit vignoble (6 ha), tout petit prix (9 € HT), grand talent.
La Dauphine : nous ajoutons dans nos sélections ce nouveau Fronsac, certainement l'appellation bordelaise qui a le plus progressé ces 10 dernières années. La Dauphine fait partie des 12 meilleurs Fronsac regroupés dans l'association "Expression de Fronsac".
 
Pour deux grands crus de Pomerol, 2019 signe la fin d'une époque :
Petit-Village : 2019 est le dernier millésime sous la conduite d'AXA Vignobles (Pichon-Baron, Suduiraut, Quinta do Noval, Domaine de l'Arlot...) qui l'a vendu en mars dernier à la famille Moulin (Galeries Lafayette), déjà propriétaire de Beauregard à Pomerol.
L'Église-Clinet : 2019 est le dernier millésime de Denis Durantou, disparu (cancer) beaucoup trop tôt le 14 mai dernier. Un des vignerons bordelais les plus sensibles et doués qui soient, dont nous sélectionnons les vins (avec La Petite Église, Cruzelles, Chenade, Montlandrie) sans discontinuer depuis... 1985.
 
-----------------------------------------

Du 8 au 13 juin : BOUSCULADE

Blancs ou rouges, grands crus ou seconds vins, rive gauche ou droite, ce sont pêle-mêle près de 200 (!) châteaux qui viennent de mettre en marché leur 2019.
 
Voici les 60 châteaux retenus durant cette folle semaine :

Bordeaux blanc sec : LATOUR-MARTILLAC, CARBONNIEUX, LARRIVET HAUT-BRION, BLANC DE LYNCH, MALARTIC-LAGRAVIÈRE, AILE D'ARGENT
• Bordeaux liquoreux : COUTET, GUIRAUD bio (nouveau), LAFAURIE-PEYRAGUEY, SUDUIRAUT

Graves / Pessac-Léognan : LATOUR-MARTILLAC, CARBONNIEUX, LARRIVET HAUT-BRION, MALARTIC-LAGRAVIÈRE, LA CHAPELLE DE MISSION HAUT-BRION, LE CLARENCE DE HAUT-BRION, LA MISSION HAUT-BRION, HAUT-BRION
• Médoc / Moulis  : LOUSTEAUNEUF (nouveau), CHARMAIL, PETIT VERDOT by Belle-Vue, POUJEAUX, CHASSE-SPLEEN, LA TOUR CARNET
Margaux : LA GURGUE bio, DU TERTRE, FERRIÈRE bio, CANTENAC-BROWN, GISCOURS
Saint-Julien : LE PETIT DUCRU, BRANAIRE-DUCRU, LÉOVILLE-POYFERRÉ, BEYCHEVELLE
Pauillac : HAUT-BAGES-LIBÉRAL bio, D'ARMAILHAC, CLERC MILON, LYNCH-BAGES, PETIT MOUTON, CARRUADES DE LAFITE, MOUTON ROTHSCHILD
Saint-Estèphe : DE CÔME bio (nouveau), ORMES DE PEZ

Rive Droite / Libournais : LA CHENADE, MONTLANDRIE, LES CRUZELLES, LA FLEUR DE BOÜARD, CLOS PUY ARNAUD bio (nouveau), DOMAINE DE L'A
Pomerol : LA PETITE ÉGLISE, GAZIN
Saint-Émilion : CÔTE DE BALEAU, DRAGON DE QUINTUS, MOULIN SAINT GEORGES, LA GAFFELIÈRE, CARILLON D'ANGÉLUS, CLOS FOURTET, QUINTUS, ANGÉLUS, CHEVAL BLANC
 
Espagne : PSI, FLOR DE PINGUS, PINGUS bio
 
Les plus fortes baisses de prix (par rapport à 2018) : Cheval Blanc (-32%), Haut-Brion (-31%), Mouton Rothschild (-31%)
 
Fort heureusement, si bousculade il y eut, les bonnes résolutions de début de campagne restent respectées par les plus grands crus, à savoir une baisse des prix entre -20% et -30%.
 
Nouveauté. Le Château de Côme à Saint-Estèphe est un petit cru bourgeois (supérieur) acquis en 1997 par le Baron Velge qui le considère comme son joyau (7 ha). Très rares sont les crus du nord du Médoc à s'être pour l'instant lancés dans la conversion bio en raison d'une hygrométrie plus forte que partout ailleurs en Gironde. Pourtant, après 7 ans d'efforts (et la perte des 2/3 de la récolte 2018), et sous la conduite de son directeur technique José Bueno (23 ans chez Mouton-Rothschild), de Côme devient le premier cru de Saint-Estèphe aujourd'hui certifié bio. Excellent 2019 offrant une expression souple et soyeuse de l'appellation, que nous sommes ravis d'intégrer dans nos sélections.
 
-----------------------------------------

Trois axiomes sur les Bordeaux rouges 2019. Si 2019 réunissait sur le papier toutes les caractéristiques (sécheresse, ensoleillement, chaleur) pour obtenir de grands vins, leur interprétation par les producteurs ont induit une immense variabilité dans les résultats de chacun. En 2019, ce sont les hommes qui ont façonné le millésime, bien davantage que la Nature.

Pour cette raison, il est impossible cette année de distinguer plus particulièrement une région, un type de sol ou un encépagement précis. Les crus qui habituellement produisent des vins élégants ont un 2019 tout en distinction, ceux qui recherchent la densité ont un 2019 puissant, ceux qui optent pour des vins tanniques ont un 2019 de longue garde, etc.
En 2019, c'est le style coutumier du cru, tel que voulu par l'équipe en place (propriétaire, œnologue, chef de culture, maître de chai...), qui s'exprime sans exception.

Comme il y a une nette similitude météorologique entre 2018 et 2019 (printemps humide suivi d'un long été chaud et sec), nous avons constaté à la dégustation que les meilleurs 2019 proviennent des châteaux qui avaient déjà l'an dernier pleinement réussi leur 2018, pas nécessairement les plus grands crus mais tous ceux qui ont su, grâce à leur terroir et leur savoir-faire, tirer la quintessence du millésime.
En 2019 et dans chaque appellation, les meilleurs de l'année sont ceux qui étaient déjà sur le podium en 2018.

-----------------------------------------

Du 2 au 6 juin : DÉMARRAGE SANS DÉLAI

Manquant de temps puisque commencée avec un mois et demi de retard, la campagne "Primeurs 2019" s'élance à peine que déjà de très grands noms bordelais apparaissent :

Bordeaux blanc sec : VIRGINIE DE VALANDRAUD, VALANDRAUD (nouveau), DOMAINE DE CHEVALIER
 
Graves / Pessac-Léognan : DOMAINE DE CHEVALIER
• Médoc / Moulis  : BELLE-VUE
Margaux : DEYREM VALENTIN, MALESCOT SAINT-EXUPÉRY
Pauillac : PÉDESCLAUX, DUHART-MILON, LAFITE-ROTHSCHILD
Saint-Estèphe : TOUR DES TERMES, HAUT-MARBUZET, PAGODES DE COS, COS D'ESTOURNEL
 
Rive Droite / Libournais : PUYGUÉRAUD, ALCÉE, LES TROIS CROIX, DALEM, HAUT-CARLES
Pomerol : L'ÉVANGILE
Saint-Émilion : FOMBRAUGE, VIRGINIE DE VALANDRAUD, BELLEFONT-BELCIER, VALANDRAUD
 
Les plus fortes baisses de prix (par rapport à 2018) : Valandraud (-29%), Malescot Saint-Exupéry (-27%), Domaine de Chevalier rouge (-25%)
 
Nouveauté. Le grand vin blanc de Valandraud, d'une sève et d'un équilibre étincelants, une réussite majeure qui fera merveille sur table dans 5 ans (autant profiter de son éclat jeune). Proposé au juste prix de 50,00 € HT la bouteille, malgré seulement 4000 bouteilles produites.
 
Baisse des prix dans les grands crus. La tendance initiée la semaine dernière par Pontet-Canet (-31% par rapport à 2018) se confirme, avec des baisses significatives à Valandraud (-29%), Malescot Saint-Exupéry (-27%), L'Évangile (-25%), Domaine de Chevalier rouge (-25%), Cos d'Estournel (-24%)...
 
Baisse des prix chez les autres. Même des crus que nous n'attendions pas nécessairement à la baisse font un réel effort tarifaire cette année compte tenu des circonstances :
 
- 17% pour le vin blanc de Domaine de Chevalier, alors que 2019 est un très grand millésime pour les blancs secs.
 
- 20% à Pédesclaux, ramenant le prix de son 2019 en dessous de celui de son 2014 il y a 5 ans. À 28,00 € HT pour une bouteille d'un grand cru classé de Pauillac en pleine progression, voilà un rapport qualité/prix inégalable.
 
- 11% à Deyrem-Valentin, petit (12 ha) cru bourgeois de Margaux, soigné et vinifié avec passion depuis 1999 par Christelle Sorge (5ème génération), cité à juste titre comme une des "pépites cachées du Médoc" par la Revue du Vin de France et comme "une grande réussite cette année" par M. Quarin. À 16,00 € HT la bouteille.
 

-----------------------------------------

Du 25 au 30 mai : COUP D'ENVOI

Les châteaux bordelais ont donc débuté cette semaine la campagne Primeurs 2019, avec :

Bordeaux blanc sec : CLOS FLORIDÈNE, DOISY-DAËNE, HAUT-BERGEY bio
• Bordeaux liquoreux : DOISY-DAËNE
 
Graves / Pessac-Léognan : CLOS FLORIDÈNE, HAUT-BERGEY bio
• Médoc / Moulis / Listrac : DU RETOUT, PETIT MANOU, CLOS MANOU
Pauillac : PONTET-CANET bio
 
Rive Droite / Libournais : REYNON, LA MAURIANE bio, LOUISON ET LÉOPOLDINE bio (nouveau), MOULIN HAUT LAROQUE (nouveau), CLOS LOUIE bio
 
Les plus fortes baisses de prix (par rapport à 2018) : Pontet-Canet (-31%), Haut-Bergey rouge (-22%)
 
Côté prix, ces premiers crus à proposer leur 2019 ont le mérite de fixer une tendance :
 
pour les crus bourgeois ou équivalents, qui vendent leur vin quasiment au prix de revient compte tenu du coût de leur travail digne d'un grand cru (culture bio ou équivalente, rendements raisonnables, vendanges manuelles, élevage en barriques de qualité, etc.), la règle est la reconduction des prix du millésime 2018. Mais nous notons même des baisses de prix tels HAUT-BERGEY bio rouge (-22%), CLOS FLORIDÈNE blanc (-6%), DU RETOUT (-5%).
 
pour les crus classés, PONTET-CANET bio est le premier et pour l'instant le seul à s'être "jeté à l'eau", avec une remarquable baisse de -31%. À 68,00 € HT la bouteille en 2019 (contre 98,00 € pour le millésime 2018), son millésime 2019 est proposé au prix du millésime... 2013 (67,30 € HT à l'époque) ! Nous le félicitons pour cette initiative bienvenue, et pour le signal fort envoyé à tous les autres grands crus à venir.
 

-----------------------------------------

Du 18 au 23 mai : HORS BORDEAUX

Alors que la vie reprend pas à pas un cours (presque) normal, nous sommes ravis de débuter cette campagne "Primeurs 2019" avec deux producteurs que nous suivons depuis leurs débuts (Jean-Michel Chartron en 2004 et Michel Tardieu en 1994), avec la chance que, partout en France comme à Bordeaux, la météo fut en 2019 qualitativement bienveillante pour les vignerons.
 
-----------------------------------------
Domaine Jean Chartron
Bourgognes blancs
 
Pourtant, 2019 avait bien mal commencé en Bourgogne : forte gelée le 5 avril détruisant 30% des bourgeons des chardonnays, puis une floraison poussive engendrant coulure et millerandage dans des proportions rarement vues.
 
Au final, avec 50% de production en moins, 2019 est une demi-récolte sur l'ensemble de la Côte de Beaune, les bas de coteaux ayant été les plus touchés. Heureusement, la chaleur et l'ensoleillement du très bel été 2019 remirent du baume au cœur des vignerons.
 
Le domaine Chartron a vendangé du 5 au 19 septembre et, vinifications faites, eut la surprise de constater que la sécheresse de l'été et la faiblesse des rendements avaient concentré dans les raisins aussi bien la richesse en sucre que les acidités. Ses 2019 sont tout à la fois amples et fermes, puissants et tendus, de grands vins blancs structurés de garde qui devront être attendus au minimum 5 ans (10 ans pour les plus grands).
 
Jean-Michel Chartron a répercuté l'impact de la demi-récolte 2019 dans ses prix par une sage augmentation moyenne de 10% (de +5% pour le Chevalier à +16% pour les Folatières). Nous vous proposons une sélection de 9 vins :
 
 
-----------------------------------------
 
Tardieu-Laurent
Vallée du Rhône rouges et blancs
 
Après le pic du 28 juin (42,8°C à Avignon), la Vallée du Rhône connut également un été 2019 sensiblement plus chaud et sec que la norme. Les vins blancs, quand ils ont survécu à la grêle du 15 juin entre Saint-Joseph et Crozes-Hermitage, sont brillants, état sanitaire irréprochable, grande maturité et fraîcheur préservée. Pour les vins rouges, les résultats sont étonnamment inversés entre les vignobles septentrionaux et méridionaux.
 
Au nord, avec la syrah pour unique cépage, 2019 donna des vins solaires, très aromatiques, puissants, envoûtants, avec des degrés élevés (parfois supérieurs à 14,5°), dans un style parfaitement sudiste. Nous gageons dès à présent que les critiques succomberont à la profondeur et à la volupté immédiate de ces vins et placeront 2019 à égalité avec 2015, devant 2018, 2017 et 2016.
 
Au sud, deux pluies bénéfiques (11mm puis 12mm les 10 et 22 septembre) sont arrivés à point nommé pour détendre la vigne jusque là en stress hydrique (0mm de pluie à Avignon du 28 juillet au 9 septembre), redonner du jus aux raisins, abaisser les richesses en sucre et affiner les maturités tant physiologiques que phénoliques.
 
Ces pluies miraculeuses ont permis aux grenaches et mourvèdres de parachever idéalement leurs cycles végétatifs. Les vins ont des degrés moins élevés que de coutume (dépassant rarement 14°5), de beaux niveaux d'acidité et des tanins mûrs sans aspérité. La fraîcheur et l'énergie des 2019 les rendent plus nordistes qu'habituellement.
 
2019 fait dire à Michel Tardieu, d'ordinaire mesuré dans ses propos, que 2019 est un "millésime de légende" à Châteauneuf-du-Pape et ses environs. Nous y ajoutons volontiers Bandol, terroir de prédilection des mourvèdres.
 
Les prix sont identiques à ceux de l'an dernier, avec même légère baisse à Rasteau (-4%) et Châteauneuf-du-Pape Vieilles Vignes (-9%).
 
Nous vous proposons une sélection de 18 vins, presque tous en cuvées Vieilles Vignes :
 
un rouge de Bandol (qui n'est pas en Vallée du Rhône mais en Provence)
 

-----------------------------------------