Dernières nouveautés

4ème semaine (20-24 mai) : DANS LA LANCÉE...

À nouveau une semaine riche en "Primeurs 2023", dans la lancée de la précédente, avec 34 nouveaux crus :
 
Bordeaux blanc sec : Arums de Lagrange, L'Esprit de Chevalier (nouveau), Larrivet Haut-Brion, Domaine de Chevalier
Sauternes / Barsac : ---
 
Graves / Pessac-Léognan : L'Esprit de Chevalier (nouveau), Larrivet Haut-Brion, Domaine de Chevalier
Rive gauche / Médoc : Poujeaux
Margaux : La Gurgue bio, Baron de Brane, Ferrière bio, Cantenac-Brown, Durfort-Vivens bio, Brane-Cantenac
Saint-Julien : Les Fiefs de Lagrange, Lagrange, Beychevelle, Léoville-Poyferré
Pauillac : Lacoste-Borie, Haut-Bages Libéral bio, Grand-Puy Lacoste
Saint-Estèphe : ---
 
Rive droite / Libournais : d'Aiguilhe
Pomerol : Mazeyres bio, Clos L'Église
Saint-Émilion : Côte de Baleau, Clos La Gaffelière (nouveau), Poesia, Barde-Haut, Clos de l'Oratoire bio, Fonroque bio, La Dominique, La Gaffelière, Canon-la Gaffelière bio, Clos Fourtet, La Mondotte bio
 
Bon Esprit [attitude positive]. Si nous ne sommes pas a priori d'ardents défenseurs de tous les seconds vins, nous reconnaissons la qualité du travail accompli à Domaine de Chevalier depuis 2006 (suivi par Derenoncourt Consultants) et sommes ravis d'accueillir cette année pour la première fois dans nos listes leur seconde étiquette, L'Esprit de Chevalier, aussi méritante et digne d'intérêt en blanc qu'en rouge. Et d'un rapport qualité/prix toujours judicieux au sein des Pessac-Léognan (26,90 € la bouteille pour le blanc et 21,80 € la bouteille pour le rouge).
 
Château ou Clos ? Même appréciation et même enthousiasme pour Clos La Gaffelière, second vin du Château La Gaffelière (1er grand cru classé de Saint-Émilion suivi par Derenoncourt Consultants). Le Clos La Gaffelière 2023 est la version plaisir du grand vin : appréciable dès 2028, 90% merlot, trame soyeuse et tanins moelleux. Pour le tiers du prix du Grand vin (21,00 € la bouteille).
 
Derenoncourt Consultants. Par son approche intuitive, autodidacte et, pour l'époque, innovante et non-conventionnelle (respect de la nature, vinifications peu interventionnistes...), Stéphane Derenoncourt, parti de rien, a acquis en à peine 30 ans une notoriété mondiale dans le monde des grands vins. Il a regroupé sous la bannière 'Derenoncourt Consultants' une belle équipe de jeunes œnologues, ingénieurs agronomes, biologistes, etc. aptes à conseiller à la vigne comme au chai tous les vignerons, de Bordeaux et d'ailleurs, du plus simple domaine aux crus les plus prestigieux.
 
Stéphane et nous. Nous avons connu Stéphane Derenoncourt au début des années 90 à Canon-La Gaffelière, sélectionné son Domaine de l'A dès son premier millésime 1997 et toujours considéré comme un marqueur hautement qualitatif qu'une propriété ait choisi de s'entourer de ses conseils. Voici, parmi les 95 châteaux bordelais clients de Derenoncourt Consultants, ceux que nous sélectionnons régulièrement (en primeur ou sur catalogue) :
 
- Pessac-Léognan : Couhins, Larrivet Haut-Brion, Domaine de Chevalier, Smith Haut-Lafitte, Les Carmes Haut-Brion
- Médoc/Moulis : Poujeaux
- Margaux : Prieuré-Lichine
 
- Rive droite/Libournais : Isle Fort, Gree Laroque, Charmes-Godard, Puyguéraud, Alcée et, bien sûr, domaine de l'A
- Saint-Émilion : Côte de Baleau, La Gaffelière, Pavie-Macquin, Larcis-Ducasse, Clos Fourtet

--------------------------------------------

3ème semaine (13-17 mai) : SEMAINE CHARGÉE

Grande semaine de 5 jours, très intense avec plus de 50 Bordeaux 2023 sélectionnés :
Bordeaux blanc sec : Couhins blanc bio, Carbonnieux blanc, Suduiraut Vieilles Vignes (nouveau), Lilium de Climens bio (nouveau), Blanc de Lynch-Bages, Pape Clément blanc, Cos d'Estournel blanc
Sauternes / Barsac : Haut-Bergeron, Suduiraut, Climens bio
 
Graves / Pessac-Léognan : Couhins bio, Carbonnieux, La Chapelle de la Mission Haut-Brion, Pape Clément, Le Clarence de Haut-Brion, La Mission Haut-Brion, Haut-Brion
Rive gauche / Médoc : Mauvesin Barton, Madame de Beaucaillou, G d'Estournel, Sociando-Mallet
Margaux : La Tour de Mons, Deyrem Valentin, Siran, Prieuré-Lichine, Marquis d'Alesme, Malescot Saint-Exupéry, d'Issan
Saint-Julien : Petit Ducru, Gloria, Langoa-Barton, La Croix Ducru-Beaucaillou, Saint-Pierre, Léoville-Barton, Ducru-Beaucaillou
Pauillac : Lynch-Bages
Saint-Estèphe : Ormes de Pez, Meyney, Cos Labory, Les Pagodes de Cos, Cos d'Estournel
 
Rive droite / Libournais : Les Trois Croix, Haut-Carles
Pomerol : Gazin
Saint-Émilion : Fombrauge, Le Dragon de Quintus, Moulin Saint-Georges, Quintus, Chapelle d'Ausone (nouveau), Cheval Blanc, Ausone
 
Avec les sorties de la semaine, ce sont maintenant plus des 3/4 des Bordeaux 2023 qui ont été mis sur le marché.
-----------
 
Vers une nouvelle appellation à Sauternes ? Le marché des vins liquoreux devenant depuis vingt ans de plus en plus compliqué, les crus classés de Sauternes ont accru au fil des ans leur production de vins blancs secs afin d'assurer un minimum de rentabilité. Puis, découvrant la réelle originalité et le potentiel de leur terroir pour de grands vins blancs à base de sémillon, nous voyons ces mêmes grands crus classés élaborer aujourd'hui des cuvées de plus en plus ambitieuses, avec des vins vraiment secs plus proches de La Mission Haut-Brion blanc que du "Y" d'Yquem. Peut-être aurons-nous un jour une appellation Sauternes sec, au même titre qu'il existe Jurançon et Jurançon sec ?
 
Deux exemples récents (avec un encépagement et un élevage radicalement différents), retenus cette année en primeur :
 
- Lilium. 2023 est le deuxième millésime de cette nouvelle cuvée du Château Climens, venant chapeauter la gamme de ses vins blancs secs (Asphodèle, Petite Lily, Fenouil et Camomille). 100% vieilles vignes de sémillon (âge moyen 30 ans), pressuré non éraflé, fermenté en levures naturelles, élevé 8 mois en globes de verre de 220 litres, Lilium a l'ambition de capter et marier la tension minérale du terroir calcaire de Climens à la richesse du sémillon, dans une expression aromatique parfaitement pure (sans élevage sous bois). Un grand vin blanc sec, 12,5° d'alcool, pH 3,5.
 
- Suduiraut Vieilles Vignes. Vieilles Vignes est depuis 2020 la dénomination du Grand Vin blanc sec du Château Suduiraut, moitié sémillon et moitié sauvignon (âge moyen des vignes : 45 ans pour les 2 cépages), avec un élevage de 9 mois en barriques (12% neuves, 88% d'un vin). D'une définition plus classique que celle de Lilium, ce Suduiraut VV 2023 est riche et long, avec 13°8 d'alcool, pH 3,4, méritant la très belle note de 94-96/100 pour Antonio Galloni (vinous).
-----------
 
Chapelle d'Ausone. Le second vin d'Ausone est en 2023 au sommet de Saint-Émilion, recueillant des commentaires enthousiastes chez les critiques : « C'est magnifique ! Le meilleur "second vin" de Bordeaux. Le frère d'Ausone. » pour Jean-Marc Quarin ou « The 2023 Chapelle d'Ausone is fabulous, as it often is. » pour Antonio Galloni. Et au même prix facial qu'en 2019 !
----------- 
 
Le coin des bonnes affaires. Nous mettons à jour le tableau des plus belles baisses de prix pour les Bordeaux rouges 2023 (entre parenthèses leur prix à la bouteille TTC) par rapport aux "Primeurs 2022" de l'an dernier :
 
-46% à Léoville-Las Cases (194,40 €),
-39% à Haut-Brion (438,00 €), Mouton-Rothschild (458,40 €), Cos d'Estournel (159,60 €),
-37% à Clos du Marquis (53,75 €),
-35% à La Chapelle de la Mission (60,00 €),
-34% à Ducru-Beaucaillou (172,80 €),
-32% à La Mission Haut-Brion (252,00 €), Lynch-Bages (99,00 €), Lafite-Rothschild (570,00 €),
-30% à Carruades de Lafite (210,00 €),
-29% à Saint-Pierre (45,35 €), Quintus (96,00 €),
-28% à Malescot Saint-Exupéry (45,35 €),
-27% à Gloria (31,90 €), Pontet-Canet (126,00 €), Le Petit Mouton (186,00 €), Gazin (67,20 €), Le Carillon d'Angélus (92,40 €),
-26% à d'Issan (52,07 €), Le Petit Ducru (28,50 €), Pédesclaux (34,80 €), Dragon de Quintus (30,00 €), Angélus (363,60 €),
-25% à Le Clarence de Haut-Brion (138,00 €), Potensac (21,10 €), Talbot (50,40 €)
...
-----------
 
Du fait de ces baisses, la plupart des Bordeaux rouges 2023 sont revenus au prix du millésime 2019 en primeur, sans tenir compte de l'inflation entre-temps (+13,6% en 4 ans, source Insee). Voici les plus remarquables en comparaison avec le prix qu'ils avaient en "Primeurs 2019" :
 
-12% à Carruades de Lafite,
-10% à Fugue de Nénin,
-  5% à Gloria, Le Petit Mouton, Gazin,
-  4% à Saint-Pierre,
-  1% à Malartic-Lagravière,
même prix à La Mission Haut-Brion, Prieuré-Lichine, Lafite-Rothschild, Valandraud, Chapelle d'Ausone,
+ 1% à Pape-Clément, Potensac, Léoville-Las Cases, La Vieille Cure, Ausone,
+ 3% à Carbonnieux, Ormes de Pez, Meyney, Clos Puy Arnaud,
+ 4% à Petit Manou, Connétable Talbot, Langoa Barton, Pédesclaux, Les Pagodes de Cos, Cos d'Estournel, La Mauriane, Fombrauge, Dragon de Quintus, Rocheyron
...
Pour rappel, la trentaine de crus ci-dessus sont, en euros constants, entre 10% et 25% moins chers que les "Primeurs 2019" jugés à l'époque notablement bas et attractifs.

--------------------------------------------

2ème semaine bis (10 mai) : PONT DE L'ASCENSION

Deux producteurs hors Bordeaux ont profité de la trêve de l'Ascension pour proposer leurs 2023. Il s'agit de deux producteurs émérites, présents sans discontinuer dans nos offres depuis plus de 25 ans qui, à notre avis, sont parmi les plus remarquables en qualité et les plus constants en prix.

---------
Tardieu-Laurent

De mars à septembre 2023, la chronologie des événements météorologiques fut la même en vallée du Rhône qu'à Bordeaux, avec toutefois des intensités variables et surtout des impacts différents selon les cépages :
 
- un printemps sans gelées, une belle floraison mais aussi une très forte pression du mildiou notamment sur les syrahs, grenaches et carignans. Comme à Bordeaux, les moins beaux terroirs, plus humides, ont enregistré le plus de dégâts quand les meilleurs terroirs, mieux drainés (coteaux, sables...) n'ont pas été touchés.
 
- un été clément, avec quelques pluies régulières, une chaleur modérée et des vignes parfaitement vertes à la mi-août, laissant entrevoir aux viticulteurs du nord comme du sud de la vallée du Rhône la perspective d'un (très) grand millésime sous le double signe de l'élégance et de la maturité.
 
- du 20 au 24 août, une canicule totalement inédite à cette période a remonté la vallée du Rhône avec des températures explosant tous les records : 42,7°C à Orange le 22 août, 41,4°C à Lyon le 24 août. Cette vague de chaleur tardive, si bénéfique à Bordeaux comme nous l'avons déjà évoqué, fut dommageable sur tout le couloir rhodanien. En moins de 5 jours de chaleur extrême, les viticulteurs ont vu sur les jeunes vignes les feuilles griller, les raisins flétrir et les richesses en sucre grimper sans que les raisins ne mûrissent vraiment.
 
- des vendanges particulièrement étalées cette année, entamées la semaine du 20 août et terminées début octobre, par un beau temps d'arrière-saison.
 
Au final, un millésime 2023 aussi hétérogène en vallée du Rhône qu'à Bordeaux :
 
• vins blancs. Les cépages blancs, plus précoces, n'ont pas pâti de la canicule de fin août car ils étaient déjà mûrs et sur le point d'être ramassés. Ils ont donné des vins équilibrés entre leur expression aromatique minérale et fraîche (été clément), et une rondeur en bouche, gage de maturité accomplie tout en étant exempte de tout signe de lourdeur. 2023 est assurément un très beau millésime pour les blancs du Rhône, à rapprocher au nord comme au sud des 2021.
 
• vins rouges septentrionaux. Les syrahs sont dans l'esprit de celles de 2016 : des équilibres alcooliques autour de 13°, des arômes de fruits mûrs (plus cassis que framboise), des tanins ronds et surtout une agréable sensation de fraîcheur en finale. Avec un magnifique Côte-Rôtie V.V. parti pour une longue garde.
 
• vins rouges méridionaux. Côté cépages : les grenaches sont la réussite du millésime, suivis des syrahs, plus précoces dans le sud, qui ont peu souffert de la vague de chaleur tardive. Côté terroir : la partie sud de Châteauneuf, à savoir la plaine de la Crau, a vraiment pâti de la canicule fin août, obligeant Tardieu-Laurent a modifier ses assemblages en privilégiant cette année le secteur nord de l'appellation (Rayas, Courthézon). Les 2023 méridionaux se comparent eux aussi aux 2016, avec en plus de formidables grenaches au fruité intense (les cuvées spéciales de Côtes du Rhône et Châteauneuf du Pape sont 100% grenache).
 
• vin rouge provencal. Par sa proximité immédiate de la Méditerranée, le vignoble de Bandol a échappé aux conséquences de la canicule fin août. Les mourvèdres ont grandement bénéficié de la chaleur régulière de l'été pour produire un grand 2023, éminemment tendu et raffiné, lui aussi parti pour une longue garde.
 
En blancs comme en rouges, les prix de Tardieu-Laurent sont quasi inchangés (moins de 1% d'augmentation par rapport à 2022), et nous vous proposons principalement leurs cuvées Vieilles Vignes, certainement la clé de la réussite (hors grands terroirs) dans le millésime 2023 :
 
Tardieu-Laurent blancs 2023 : Crozes-Hermitage VV, Saint-Joseph VV, Saint-Péray VV, Châteauneuf du Pape VV, Condrieu, Hermitage VV,
 
Tardieu-Laurent rouges septentrionaux 2023 : Crozes-Hermitage VV, Saint-Joseph VV, Cornas et Cornas VV, Côte-Rôtie VV, Hermitage,
 
Tardieu-Laurent rouges méridionaux 2023 : Côtes du Rhône cuvée Spéciale, Rasteau VV, Vacqueyras VV, Gigondas VV, Châteauneuf du Pape VV et Châteauneuf du Pape cuvée Spéciale,
 

---------
Dominio de Pingus
(+Bodegas Alnardo)

2023 fut en Ribera del Duero une nouvelle année très chaude et sèche, dans la lignée des millésimes rencontrés depuis 2015. Les pluies de juin ont donné de bonnes réserves hydriques dans les sols, parfaites pour affronter la sécheresse de l'été.
 
La véraison a été très précoce en août, annonciatrice de vendanges précoces. Pour la première fois, les vendanges ont commencé par Flor de Pingus le 8 septembre avant Pingus. Elles se sont terminées à PSI comme à Pingus le 23 septembre, alors que beaucoup de vignobles de Ribera del Duero n'avaient pas commencé leurs vendanges et ont dû se débattre par la suite avec une météo nettement moins favorable (dilution des raisins, apparition de foyers de pourriture...).
 
• Dominio de Pingus. Peter Sisseck nous a indiqué avoir connu en 2023 les fermentations les plus faciles dont il se souvienne avec de très belles palettes aromatiques, fraîches, pures, sans réduction, et des taux d'alcool modérés : 13,8° pour Flor et 14,0° pour Pingus. S'il reconnait que Flor est le plus charmeur des deux, Peter Sisseck est particulièrement fier de son Pingus 2023 « easily one of the best wines we have made ».
 
• Bodegas Alnardo. Pour le PSI, Peter Sisseck s'est grandement félicité d'utiliser en 2023 le tri par densité (système Tribaie) permettant de controler automatiquement la maturité grain par grain. Même s'il affiche un taux d'alcool (13,5°) plus faible que Pingus et Flor, le PSI 2023 montre une réelle maturité, l'adjonction de 8% de grenache participant au moelleux et à la profondeur en bouche. Année après année, PSI se positionne comme un grand vin à part entière au sein de la Ribera del Duero (pour un prix des plus accessibles).
 
Voici les 3 vins de Peter Sisseck, en précisant que les prix sont rigoureusement inchangés depuis l'an dernier, avec en plus cette année la possibilité de réserver Pingus et Flor de Pingus en magnum :
 
Ribera del Duero rouge 2023 : PSI, Flor de Pingus et Pingus.

--------------------------------------------

2ème semaine (6-7 mai) : TRÈS COURTE SEMAINE

Aussi courte fut-elle, cette semaine de seulement 2 jours aura malgré tout été riche en grands noms bordelais, avec même un 1er grand cru classé :
 
Bordeaux blanc sec : Malartic-Lagravière, Aile d'Argent 
Sauternes / Barsac : Coutet
 
Graves / Pessac-Léognan : Malartic-Lagravière
Rive gauche / Médoc : Chasse-Spleen
Margaux : ---
Saint-Julien : ---
Pauillac : Pédesclaux bio, D'Armailhac, Clerc Milon, Le Petit Mouton, Mouton-Rothschild
Saint-Estèphe : Lafon-Rochet
 
Rive droite / Libournais : Puyguéraud, Alcée, La Vieille Cure, Dalem, Domaine de l'A
Pomerol : Bellegrave bio
Saint-Émilion : Rocheyron bio, Le Carillon d'Angélus, Angélus
 
Podiums américains. Les 3 principaux critiques américains, Antonio Galloni et Neal Martin de Vinous.com et William Kelley du Wine Advocate, ont déjà rendu leur verdict sur les Bordeaux 2023.
 
Voici, sur la plus haute marche de leur podium, les crus pouvant mériter la note maximale de 100/100 (en notant la totale disparité de leurs préférences) :
 
• Antonio Galloni : Suduiraut, Palmer, Margaux
• Neal Martin : L'Église-Clinet
• William Kelley : Montrose, Lafleur, La Conseillante, Cheval Blanc
---------
En élargissant les listes aux crus pouvant mériter la note de 98/100 et +, nous retrouvons sans surprise tous les grands noms bordelais, avec cependant 11 crus qui font le consensus en étant simultanément cités chez les trois critiques :
 
• Pessac-Léognan : Haut-Brion rouge
• Margaux : Margaux, Palmer
• Pauillac : Lafite-Rothschild, Pichon-Comtesse de Lalande
• Saint-Estèphe : Montrose
• Pomerol : La Conseillante
• Saint-Émilion : Ausone, Cheval Blanc, Figeac, Troplong-Mondot
---------
Parmi les trois critiques précités, seul Antonio Galloni permet de remonter jusqu'au millésime 2013 (Neal Martin n'a rejoint Vinous qu'en 2019 et William Kelley n'est au Wine Advocate que depuis 2021).
 
En reprenant le classement d'Antonio Galloni pour les crus rouges pouvant mériter la note de 98/100 et +, il est possible d'établir un classement des millésimes selon le nombre de crus cités et de positionner ainsi 2023 par rapport à ses prédécesseurs :
 
• 2022 : 26 Bordeaux rouges cités
• 2016 : 24        "               "           "
• 2018 : 22        "               "           "
• 2023 : 16        "               "           "
• 2020 : 15        "               "           "
• 2019 : 13        "               "           "
• 2021 :   5        "               "           "
• 2017 :   4        "               "           "
• 2014 :   0        "               "           "
 
Sans rentrer dans le détail de ce classement empirique (et sûrement discutable), il en ressort que 2023 tient son rang parmi les grands millésimes bordelais récents.
--------------------------------------------

1ère semaine (29 avril-3 mai) : COUP D'ENVOI

La campagne "Primeurs 2023" est annoncée rapide et dynamique, tous les crus devant avoir proposé leur 2023 d'ici début juin, soit en 5 semaines chrono.

Pour preuve cette première semaine avec déjà de très grands noms au tableau :

Bordeaux blanc sec : Clos Floridène, Doisy-Daëne, Caillou Blanc, Valandraud blanc
Sauternes / Barsac : Doisy-Daëne, Rayne-Vigneau, Guiraud bio (nouveau)
 
Graves / Pessac-Léognan : Clos Floridène
Rive gauche / Médoc : Du Retout, Petit Manou, Clos Manou, Potensac
Margaux : ---
Saint-Julien : Connétable de Talbot, Talbot, Clos du Marquis, Léoville-Las Cases
Pauillac : Duhart-Milon, Pontet-Canet bio, Carruades de Lafite, Lafite-Rothschild
Saint-Estèphe : Haut-Marbuzet
 
Rive droite / Libournais : La Mauriane bio, Clos Puy Arnaud bio, Clos Louie bio
Pomerol : Fugue de Nénin, Nénin
Saint-Émilion : Puyblanquet (nouveau), Virginie de Valandraud, Valandraud
 
Côté Prix : Léoville-Las Cases, Pontet-Canet, Lafite-Rothschild et Valandraud ont proposé leurs 2023 cette semaine avec des baisses de prix significatives (par rapport à 2022) :

-46% pour Léoville-Las Cases, soit 194,40 € TTC la bouteille (360,00 € TTC en 2022),
-37% pour Clos du Marquis, soit 53,75 € TTC la bouteille (85,20 € TTC en 2022),
-32% pour Lafite-Rothschild, soit 570,00 € TTC la bouteille (834,00 € TTC en 2022),
-30% pour Carruades de Lafite, soit 210,00 € TTC la bouteille (300,00 € TTC en 2022),
-27% pour Pontet-Canet, soit 92,40 € TTC la bouteille (126,00 € TTC en 2022),
-25% pour Talbot, soit 50,40 € TTC la bouteille (67,20 € TTC en 2022),
-25% pour Potensac, soit 21,10 € TTC la bouteille (28,20 € TTC en 2022),
-24% pour Valandraud, soit 126,00 € TTC la bouteille (165,60 € TTC en 2022),
...
 
Une hirondelle ne fait pas le printemps (mais elle y contribue !). Nous vous avions annoncé des baisses de prix pour les Bordeaux 2023 sans toutefois imaginer qu'elles seraient d'entrée de jeu aussi fortes, d'un quart pour Pontet-Canet, Talbot, Potensac ou Valandraud, d'un tiers pour Lafite-Rothschild et de la moitié pour Léoville-Las Cases.
Ainsi, Léoville-Las Cases et Lafite-Rothschild reviennent exactement au prix des Primeurs 2019 il y a 4 ans en pleine crise Covid-19, ceci sans tenir compte de l'inflation entre-temps soit 13,5%. Souhaitons que tous les autres grands crus à venir soient dans la même dynamique, et que les 2023 rencontrent le succès qu'ils méritent (comme les 2019 en leur temps).
 
Deux avis valent mieux qu'un. Les notes et commentaires des critiques français pour les Bordeaux 2023 ne vont pas tarder à paraître : Jean-Marc Quarin sur quarin.com est en cours, Le Point pour le 23 mai, La Revue du Vin de France pour le 29 mai... En attendant, nous vous donnons les notes et commentaires des deux (excellents) critiques de vinous.com : Antonio Galloni et Neal Martin. Vous les retrouverez en cliquant sur les crus de votre choix.
 
Retour au bercail. Après avoir appartenu à la famille Malet Roquefort (propriétaire du Ch. La Gaffelière) de 1807 à 1959, Puyblanquet est revenu dans le giron familial en 2020. Sur les coteaux argilo-calcaires au nord-est de Saint-Émilion (voisin de Valandraud, Rol Valentin, Fombrauge, Poesia...), les 12 ha du vignoble de Puyblanquet, 80% merlot et 20% cabernet franc, ont produit sous la conduite de l'équipe de La Gaffelière supervisée par Derenoncourt Consultants un beau 2023, soyeux, gourmand et raisonnable (26,40 € TTC la bouteille). En confiance.